Roméo Mivekannin se “réapproprie” l’Histoire de l’esclavage et de la colonisation en Afrique noire

Roméo Mivekannin se “réapproprie” l’Histoire de l’esclavage et de la colonisation en Afrique noire
By Arts visuels, Uncategorized
Oct 22

Roméo Mivekannin se “réapproprie” l’Histoire de l’esclavage et de la colonisation en Afrique noire

L’exposition « Les Âmes du Peuple Noir » de Roméo Mivekannin est à visiter à la Galerie Cécile Fakhoury – Abidjan jusqu’au 28 novembre 2020. 

Roméo Mivekannin, artiste béninois, né en Côte d’Ivoire en est à sa toute première exposition en Afrique. L’esclavage, la colonisation, les zoos humains, ce sont ces réalités que l’artiste revisite et se réapproprie à travers ses œuvres présentées dans les deux espaces de la galerie Cécile Fakhoury à Abidjan.

La Vénus Hottentote , 2020

Ses œuvres sont inspirées de et font directement référence à la peinture classique et à des  fonds d’archives photographiques qui ont définit la représentation des noirs dans l’occident du 19ème et 20ème siècle.

Dans l’espace principal de la galerie, vous remarquerez dans toutes les œuvres un visage d’homme, celui de Roméo Mivekannin sur des personnages, tantôt au premier plan, tantôt dissimulé dans les foules de figurants.

Cette apparition répétée du visage de l’artiste est troublante mais se veut, une volonté entre tant d’autres, de se réapproprier un régime de visibilité dont il était jusqu’alors exclu. Dans ses toiles, les histoires personnelles interrogent la grande Histoire, tout en mêlant les cultures qui l’ont construit.

Mademoiselle de Clermont en Sultane, after J.-M. Nattier – Série Modèle Noir, 2019

En face de la galerie principale, dans le Project Space, Roméo Mivekannin propose une installation autour du livre The Souls of Black Folk, de W. E. B. Du Bois, ouvrage fondateur des mobilisations autour de la reconnaissance des droits des noirs, aux États-Unis et dans le monde.

L’installation est composée de 31 portraits de personnalités noires politiques ou issues du monde de la culture, doublés de la sérigraphie d’une des pages du livre. Ces femmes et ces hommes ont joué ou jouent un rôle important, dans la lutte contre le racisme, les discriminations et la réécriture d’une histoire politique et culturelle des noirs.

En ce qui concerne les supports de création, Roméo Mivekannin utilise des vieux draps de l’époque plongés dans du bain d’élixir, découpés et brodés puis les morceaux recousus, comme pour sous-entendre un travail de déconstruction, une conversation entre les cultures. C’est la partie de son travail qui se rapproche le plus de sa formation d’architecte.

Pour Roméo Mivekannin ce travail de mémoire est nécessaire, pas pour fustiger, mais pour soulever le débat, le mettre à jour dans un contexte sociopolitique où le racisme perdure encore, et surtout passer à autre chose.

 » S’imposant observateur autant qu’acteur, Roméo Mivekanmin s’offre une place dans cette période un peu sombre en substituant les portraits des personnages noirs originels par le sien. Que ce soit au premier plan ou en arrière-plan, l’artiste affirme ainsi sa présence dans l’histoire. La démarche ? « Me prendre comme sujet, prendre mon propre corps comme sujet. », affirme-t-il. » 

Roméo Mivekannin lors du vernissage de l’exposition « Les âmes du peuple noir » à Abidjan, le 19 novembre 2020.
© Yves Kotto

Leave your Comment

Recent Posts

La marche de feu à l’Institut français
La marche de feu à l’Institut français
mai 25, 2021
Pathé’O : 50 ans de renom dans la mode africaine
Pathé’O : 50 ans de renom dans la mode africaine
mai 20, 2021
Zouglou Comedy : le premier spectacle zouglou dans un contexte théâtral
Zouglou Comedy : le premier spectacle zouglou dans un contexte théâtral
mai 18, 2021