Le Sacrifice D’Isaac de David -Josué Oyoua au cœur d’une polémique identitaire

Le Sacrifice D’Isaac de David -Josué Oyoua au cœur d’une polémique identitaire
By Arts visuels
Nov 06

Le Sacrifice D’Isaac de David -Josué Oyoua au cœur d’une polémique identitaire

Le jeune artiste ivoirien David-Josué Oyoua a marqué les esprits lors de la publication d’une œuvre qu’il a nommée « LE SACRIFICE D’ISAAC ». Il s’agit d’une représentation « afro-inédite » de l’emblématique scène biblique (Genèse 22, 1-14.), dans laquelle le patriarche Abraham lui-même, obéissant à Dieu, s’apprêtait à sacrifier son propre fils Isaac, quand il fut arrêté à temps par un Ange. 

Par Carnegie Ulysse Abba

Cette œuvre inspirée de la tradition chrétienne a aussi des références coraniques, avec quelques nuances près. Bien qu’il existe plusieurs œuvres iconographiques et peintures d’origine caucasienne ou européenne inspirées de cette référence abrahamique, la version afro de M. David-Josué Oyoua offre au public une nouvelle manière de représenter cette scène. 

Publié le 24 août 2020, l’œuvre a aussitôt créé une polémique sur la toile. La ferveur populaire autour de l’œuvre témoigne de la stupéfaction des internautes et du public. Nous avons d’une part ceux qui contemplaient le tableau et ne tarissent pas d’éloges à son égard, et d’autre part, ceux qui s’indignaient de la couleur blanche de l’Ange (qui est pourtant albinos). Ce sont surtout les panafricanistes et kémites qui ont attaqué le tableau. Pour ces derniers, le choix de la peau blanche pour représenter cet Ange révèle un complexe d’infériorité chez les noirs qui continuent d’être alimenté par les religions dites révélées. 

Les débats ont été houleux sur Facebook, notamment sous les publications de certaines pages populaires consacrées à l’actualité et à l’art. Ce ne s’est pas arrêté là ! On a pu voir des plateformes panafricanistes et Kamites narguer l’œuvre et par ricochet les religions « importées ». En réponse aux critiques, M. David-Josué a déclaré que la différence de peau des acteurs répondait juste à un choix artistique et à une quête d’esthétisme. Il s’est lui-aussi indigné de toutes ces critiques racistes sur son travail: « Pourquoi tout ce racisme sur la terre ? », pouvait-on lire sur son profil Facebook. Surtout que d’après lui, le « Créateur », le « Grand Artiste », a fait des jeux de couleur avec teintes de notre peau (carnations de peau).

Certains Internautes ont justifié ses dires en stipulant que l’argument du complexe d’infériorité, avancé par ses détracteurs, ne valait rien; car de toute façon, selon l’«ordre divin», les anges sont inférieurs aux hommes. Par ailleurs certains musulmans ont décrié le titre même de l’œuvre. En effet, selon la tradition islamique (Sourate 37), tout porte à croire que l’enfant qui devait être livré sur l’autel est plutôt Ismaël. L’ironie du sort, c’est que toute cette polémique a contribué à accroître la popularité de l’œuvre et de son auteur.

Leave your Comment

Recent Posts

Le Gbôfè d’Afounkaha 2 : les acteurs
Le Gbôfè d’Afounkaha 2 : les acteurs
avril 10, 2021
Le Gbôfè d’Afounkaha 1 : les instruments de musique
Le Gbôfè d’Afounkaha 1 : les instruments de musique
avril 08, 2021
La symbolique de l’or chez les Akan
La symbolique de l’or chez les Akan
avril 06, 2021